AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Sur la voix de l'Harmonie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message Auteur
MessageSujet: Sur la voix de l'Harmonie 13/9/2011, 10:54

Période Dea



Assise sur son lit en sa chaumière du village du Souffle d'Eolia, la jeune magicienne examinait le vieux journal. Bien du temps s’était écoulé depuis la dernière fois où elle avait laissé sa plume glisser sur les pages blanches. L’envie lui avait passé comme elle était venue. Le temps lui avait manqué aussi. Il faut dire que ses journées étaient plus que remplies depuis son arrivée à Melrath Zorac.

Elle se souvenait encore de cette matinée de la période Pluvia où elle avait dit adieu à Aqua.




La pluie tombait depuis près d'une semaine déjà, six longs jours passés sans la moindre éclaircie. La jeune magicienne fixait le ciel, désespérant de voir apparaitre l’astre céleste. Les nuages noirs semblaient ne pas avoir bougé d’un pouce. Pas la moindre chance d’accalmie à l’horizon.

Décidément, cette période porte bien son nom, grommela-t-elle en poussant la porte de l’auberge pour s’y abriter.

En entrant, elle parcourut la salle du regard. Quelques villageois se trouvaient attablés en un coin de la pièce, écoutant avec forte attention les exploits d’un jeune guerrier. Les héros ne manquaient pas sur Aqua. Tout du moins, nombreux aventuriers se prenaient pour des héros. Elle avait pris conscience de cet état de fait au cours des longues soirées passées au coin du feu. En entendant d’autres conter leur chasse, elle s’était rendue compte que ses propres actes n’avaient rien d’extraordinaires. Elle en avait porté un regard nouveau sur ce journal qu’elle s’employait à rédiger quotidiennement. Étrangement, il n’en pesait que plus lourd en sa besace.

Elle s’assit à une table et commanda un bol de soupe pour se réchauffer. L’aubergiste ne tarda pas à le lui ramener. Le climat n’était pas bien rude sur l’île mais les pluies diluviennes rendaient l’atmosphère humide à vous glacer les os. A la table voisine, deux aventuriers discutaient entre eux d’une étrange disparition. Intriguée, elle tendit l’oreille.


Si, comme je te le dis. Il a parlé à la garde puis il a disparu, comme ça, sous mes yeux.

Et tu le connaissais bien ?

Ma foi, pas tant que ça… Il était assez bizarre… Enfin, tu me diras, les rôdeurs ne sont jamais vraiment banals.

C’est bien vrai !

Les deux hommes rirent un bon coup, et trinquèrent à ce qui leur semblait être une bonne blague. Leurs verres vidés, le conteur commanda une autre tournée avant de reprendre.

Mais celui-là, je dois dire. Il en tenait une couche. Un beau jour, je l’ai même entendu parler d’un autre monde. L’a peut-être fini par en trouver le chemin.

Les deux compères repartirent d’un fou rire entendu. Un vieil homme vint mettre fin à leur hilarité.

Je serais vous, jeunes gens, je me renseignerais avant de parler. Cette garde, comme vous la nommez, surveille le passage vers la capitale. Votre ami rôdeur est en route pour Melrath Zorac. Où vous ne mettrez jamais les pieds si vous restez là à boire à longueur de journée.

Vexés, les deux ivrognes sortirent sans demander leur reste. Salaha, quand à elle, invita le vieillard à prendre place à sa table. C’est ainsi qu’elle prit la route de la grande "MZ", par un matin pluvieux.



Un « toc, toc » insistant, la sortit de sa rêverie. On frappait à sa porte.

_________________

"De l'Ombre viendra la lumière, et dans les Ténèbres, tous renaîtront."


Dernière édition par Salaha le 13/9/2011, 10:57, édité 1 fois
Salaha
avatar
Ange Noire


Féminin
Age : 108 Date d'inscription : 18/10/2007 Nombre de messages : 217 Humeur :
Personnage
Race: Drow
Classe: Guerrier-Mage

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la voix de l'Harmonie 13/9/2011, 10:56

Elle posa le livre sur le bord du lit, se leva, et alla ouvrir.

Personne.

Elle tourna la tête, de droite, de gauche, la ruelle était déserte. Elle soupira, recula de quelques pas et referma la porte. Ce n’était pas la première fois. A plusieurs reprises déjà on l’avait ainsi dérangée sans que le On ne se fasse connaitre. Elle ne pouvait que se demander qui s’amusait ainsi à toquer à sa porte pour disparaître ensuite. Le village du Souffle était plutôt calme pourtant. En outre, elle imaginait mal ses compagnons d’armes se moquer d’elle ainsi. Elle ne les connaissait que trop peu pourtant. Elle avait rejoint la faction depuis trois longs mois déjà, mais n’avait eu guère d’occasions de se mêler aux autres. Elle avait bien discuté avec quelques uns, échangé avec d’autres, et ne pouvait oublier cette chasse nocturne en la forteresse d’Esgandiar. Elle leur devait beaucoup, elle se plaisait parmi eux, et ne regrettait rien. Mais, quelque chose manquait.

Elle revint vers le lit. Elle s’y laissa tomber nonchalamment en se souvenant du temps où elle dormait à la belle étoile. Sur Aqua, elle avait eu le ciel pour seule couverture. Arrivée à Melrath Zorac, elle avait découvert les auberges bruyantes et impersonnelles. Le Souffle d’Eolia lui avait offert un toit, un chez elle. Fixant au plafond les solides poutres qui soutenaient la toiture de chaume, elle replongea en ses souvenirs. Comment oublier sa première rencontre avec la Cheffeuh ?




La période Laboria commençait tout juste. Le soleil venait de se lever, illuminant le désert de sa chaleur naturelle. La jeune magicienne s’était mise en tête d’aller explorer les cimes. On lui avait laissé entendre que le travail ne manquait pas par là-bas. Sortant de l’auberge du quartier des apothicaires, elle admira avec soulagement le ciel dégagé.

Quoi de mieux qu’une journée ensoleillée pour aller patauger dans la neige, songea-t-elle en prenant la direction du nord. Elle traversa sans trop de difficulté la partie du désert qui la séparait de la mine. De longues chasses avaient rendu cette zone familière. Les monstres, dangereux quelques jours plus tôt, étaient devenus inoffensifs à ses yeux. Elle s’arrêta devant le pont. Elle n’était jamais allée plus loin. Un citadin lui avait indiqué la route, elle ne pouvait se tromper selon lui. Toutefois, elle hésita. Serait-elle à la hauteur de la montagne enneigée ?

Il n’y a qu’une façon de le savoir !

Elle s’était exprimée à haute voix, sans même sans rendre compte. Elle respira un bon coup, rassembla son courage et s’avança sur le pont. De l’autre côté des bœufs paissaient paisiblement. La zone ne devait pas être bien dangereuse. Elle passa devant eux en prenant garde de ne pas les déranger, garda ses distances en longeant la falaise et hésita devant la grotte inconnue. L’homme avait omis de lui en parler. Sa curiosité la fit hésiter un instant, mais la prudence l’emporta. Elle reprit sa route, grimpant vers les cimes. Elle croise rocchus rouge et serpent venimeux, tua ceux qui bloquaient sa route et poursuivit. Le chemin, maintenant couvert de neige, se divisait en deux. Sur la gauche un passage semblait mener à une bâtisse, se dressant derrière les rochers. A droite, elle ne pouvait distinguer la fin de la piste. Elle fit quelques pas en direction du fortin et stoppa en voyant une guerrière en sortir. Elle recula ne sachant à quoi s’attendre. La dame passa à ses côtés sans un mot, puis stoppa et revint sur ses pas. Salaha s’attendait à recevoir un coup d’épée, au lieu de cela on lui proposa de l’aide. C’est ainsi qu’elle fit connaissance avec Ysabeau et le Souffle d’Eolia.



Toujours allongée sur son lit, la jeune magicienne souriait. Elle avait chassé les louveteaux polaires ce jour-là. Elle avait même tenté d’en adopter un, quelle folie ! Elle regarda par la fenêtre. Le soleil était maintenant haut dans le ciel. Il était grand temps d’y aller. Elle se releva, passa sa cape sur ses épaules, attrapa son orbe et sortit.

_________________

"De l'Ombre viendra la lumière, et dans les Ténèbres, tous renaîtront."
Salaha
avatar
Ange Noire


Féminin
Age : 108 Date d'inscription : 18/10/2007 Nombre de messages : 217 Humeur :
Personnage
Race: Drow
Classe: Guerrier-Mage

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la voix de l'Harmonie 13/9/2011, 10:56

Elle traversa la rue des chaumières sous la caresse des rayons chatoyants. Elle passa devant la taverne d’où une joie chaleureuse s’élevait à toute heure. Elle hésita un instant, mais se reprit. Il était encore trop tôt pour le déjeuner et elle avait à faire. Elle poursuivit vers l’entrée du village, passa l’enceinte en rondins qui le protégeait des attaques, et s’avança sur le chemin de terre. Un peu plus loin se tenait le portail, lien magique entre la plaine paisible et le fortin du Souffle. Elle jeta un dernier regard sur l’herbe verdoyante, de l’autre côté la neige l’attendait. Elle emprunta le passage.

Elle se retrouva devant la forteresse du Souffle, près des hautes cimes. Elle ne prit pas la direction du nord cette fois. Nulle hésitation ne freina ses pas, elle savait où aller. Elle emprunta les escaliers, grossièrement taillés dans la roche, vers le sud. Elle s’arrêta sur la corniche, fixant la grotte arachnéenne. Elle frissonna en repensant à ses aventures en ces profondeurs ténébreuses.



Elle venait tout juste de postuler au Souffle, la période Laboria n’était pas terminée. Un garde de la région, un nommé Shido, lui avait confié une mission de la plus haute importance. C’est, tout du moins, ce qu’il avait prétendu alors, surement dans le but de la convaincre. Il faut dire que les araignées n’étaient pas sa tasse de thé. D’autant plus quand leurs quatre paires d’yeux se tenaient à hauteur de sa tête. Elle avait du faire appel à tout son courage pour pénétrer dans cette maudite caverne, bien plus encore pour y retourner. Il faut dire que la quête s’était bien vite déclinée au pluriel. Fort heureusement, elle avait reçu une aide, pour le moins inattendue. Elle avait tout d’abord croisé un rôdeur. Comment se nommait-il déjà ? Ah oui, Sayanel. Lui aussi avait à faire dans les parages, aussi avaient-ils décidé d’unir leurs efforts. Et cela avait plutôt bien fonctionné… jusqu’à la fameuse rencontre avec la reine pondeuse.

La jeune mage rechignait déjà à fréquenter des arachnides de sa taille. Celle-ci était bien plus grande. Elle mesurait au bas mot deux fois sa hauteur, sans parler de la largeur. Pour voir ses huit yeux, il ne suffisait plus de regarder devant soit. Non, il fallait lever la tête. Pour sûr, elle n’oublierait pas cette bête-là. Le plus embêtant toutefois n’était pas sa taille, pas plus que ses hideuses pattes velues ou ses crochets meurtriers. Non, le souci était tout autre. Elle se tenait au beau milieu de leur route. Il était tout simplement impossible de contourner le monstre. Une seule solution : l’affrontement. A ses côtés, le rôdeur bandait déjà son arc. La magicienne, elle, demeurait paralysée par la terrible vision. C’est la peur elle-même qu’elle regardait dans le noir des yeux.

Une main se posa sur son épaule. Elle sursauta. Le rôdeur la secouait, expliquant gentiment qu’il n’allait pas faire tout le boulot seul. Elle déglutit et tenta de se ressaisir. Il la secoua à nouveau. Elle le soigna, pour preuve de sa bonne volonté, puis se décida enfin à attaquer, non sans appréhension.

La lutte fut rude mais ils en vinrent à bout, une première fois. L’arachnide prit la fuite, se réfugiant dans les ténèbres des hauteurs de la grotte. Ils purent poursuivre leurs quêtes respectives, un temps du moins. Mais, alors qu’ils s’apprêtaient détruire le dernier nid, l’insecte géant était revenu à sa place, bloquant à nouveau le chemin. Ils durent ainsi la combattre une nouvelle fois. Cependant que la bataille s’éternisait, un autre vint à leur aide. Un combattant plus aguerri, un magicien du Souffle nommé Mythras, leur fit gagner un temps précieux. Il apporta l’étincelle de magie qui manquait pour terminer leur tâche avant la nuit. Le monstre succomba et tous purent sortir de cette caverne tant sombre qu’humide. Un bon bol de soupe au coin du feu ne fut pas de trop ce soir-là pour réchauffer la magicienne, et la remettre de ses émotions. Elle ne manqua pas de remercier ces deux alliés de circonstance, sans se douter qu’elle recroiserait le rôdeur par la suite.

Quelques jours plus tard, elle entrait au Souffle d’Eolia.



Des voix lointaines la ramenèrent à l’instant présent. Deux personnes au moins venaient en sa direction. Le virage qu’abordait la route en contrebas les cachait à sa vue. Elle préféra ne pas attendre de voir leur blason. Choisissant la prudence, elle emprunta le passage secret vers l’Ancienne Carrière.

_________________

"De l'Ombre viendra la lumière, et dans les Ténèbres, tous renaîtront."
Salaha
avatar
Ange Noire


Féminin
Age : 108 Date d'inscription : 18/10/2007 Nombre de messages : 217 Humeur :
Personnage
Race: Drow
Classe: Guerrier-Mage

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la voix de l'Harmonie 13/9/2011, 10:57

La caserne se dressait devant elle, au bord de l’eau. Les rares fenêtres brillaient au soleil, telles de petites étoiles. Le blason de Melrath Zorac ornait encore fièrement la sombre façade, en digne symbole d’un passé glorieux. Les murs robustes donnaient à la bâtisse une impression de force intemporelle. Le bâtiment se dressait là en forteresse imprenable. Et pourtant… N’était-ce pas en ce lieu même que le Capitaine Ashbert avait trouvé la mort ? Le Sort était passé maître en matière d’ironie. En cette époque troublée, à l’avenir incertain, le sang ici versé se faisait miroir de l’impuissance humaine.

La jeune magicienne se dirigea vers la grande herse. La grille était relevée, comme toujours depuis le drame. Elle n’avait pas oublié la façon dont elle avait découvert l’endroit un soir de la période Pluvia.



Comme beaucoup, elle avait entendu l’appel. Deux cavaliers devaient rejoindre la caserne pour renforcer la garde de la cité. Toutefois, leur vie était menacée, leur arrivée incertaine. En effet, les précédents soldats attendus ici n’y étaient jamais parvenus, exécutés par des rebelles, pour l’occasion alliés de la cause orc. Ces renforts étaient nécessaires, vitaux pour la ville menacée. Aussi le Capitaine Ashbert avait décidé de les faire passer par une route plus discrète. Le bibliothécaire Adèmar devait les conduire à travers d’anciens tunnels de contrebande qui reliaient Melrath Zorac et l’Académie. Assistance avait été demandée aux factions alliées de la cité pour escorter les deux chevaliers. La nouvelle s’était ainsi répandue et même les détails de l’opération étaient connus de tous.

La jeune magicienne, encore solitaire en ces terres, l’avait ainsi entendu autour d’un verre à la taverne. Elle se demandait si ce manque de discrétion était voulu ou non. Le capitaine souhait-il piéger ces opposants ou comptait-il des taupes dans son entourage ? Elle n’avait pas la réponse et ne l’aurait surement jamais. Qui se souciait d’une jeune magicienne toute juste arrivée en ville ? En tout cas, elle s’inquiétait de l’avenir de sa terre d’accueil. Elle avait donc décidé d’apporter son aide, si humble soit-elle, à l’armée en formation. Bien qu’elle ignorait tout du lieu en question, elle suivit à la faveur de l’ombre les nombreux combattants qui s’y rendaient, le soir venu. Cette filature lui couta bien des plaies quand certains s’aperçurent de sa présence. Toutefois, à force de détermination, elle finit par gagner le lieu des combats. Les détracteurs d’Ashber étaient bien au rendez-vous et la lutte fut sanglante.

Salaha fit le choix des soins, se rendant bien compte de l’inutilité de ses faibles attaques sur les combattants aguerris qui se trouvaient là. Elle soigna tant qu’elle put, elle aveugla aussi parfois. Elle apprit beaucoup et se réjouit de voir le premier chevalier pénétrer dans la caserne. Elle le suivit sur le toit même, où les derniers affrontements se tinrent. Le second chevalier, lui, périt en chemin.



En entrant, elle observa les gardes. Ils étaient nombreux maintenant, petite armée à l’entrainement, attendant le jour où il devrait servir la cause de Melrath Zorac. Dans le fond, elle aperçut Yvain, chevalier de la Confrérie des Éléments. Elle lui sourit, malgré elle. Elle n’oublierait jamais ce dernier combat sur le toit. Ce fut son baptême du feu, en quelque sorte. Bien que son entrainement soit loin de toucher à sa fin, elle gardait ce souvenir comme une petite gloire personnelle. Elle détourna le regard et se dirigea vers l’instructeur Dalaam. Elle avait en sa besace un présent pour lui. Cinq organes encore chaux pour prouver sa volonté, le premier pas sur la voix de l’harmonie.

_________________

"De l'Ombre viendra la lumière, et dans les Ténèbres, tous renaîtront."
Salaha
avatar
Ange Noire


Féminin
Age : 108 Date d'inscription : 18/10/2007 Nombre de messages : 217 Humeur :
Personnage
Race: Drow
Classe: Guerrier-Mage

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sur la voix de l'Harmonie

Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
Sur la voix de l'Harmonie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
En cosntruction :: 

Au Coeur du Sanctuaire

 :: 

La Plume Noire

 :: 

Histoires d'une magicienne aqueuse

-